Le laboratoire Bernoulli

Le laboratoire commun AP-HP – Inria Daniel Bernoulli (Bernoulli Lab) résulte du partenariat, conclu en décembre 2020, entre l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), premier CHU d’Europe, et Inria, institut national de recherche en sciences et technologies du numérique.

Notre mission : 
Accélérer la recherche et l'innovation en santé numérique, en rapprochant chercheurs en sciences du numérique et professionnels de santé

© Inria / Photo C. Morel

La mise en place du laboratoire Bernoulli (Bernoulli Lab) permet de catalyser la médecine numérique en capitalisant sur l’alliance : 

© Inria / Photo F. Nussbaumer - Signatures

Des compétences cliniques et scientifiques de l’AP-HP, premier centre hospitalier universitaire en Europe, internationalement reconnu, avec 8,3 millions de prises en charge par an, 700 services, plus de 20 000 lits. L’AP-HP offre un environnement privilégié pour la recherche et le développement des innovations avec 5 Instituts Hospitalo-universitaires (IHU), 21 Fédérations Hospitalo-Universitaires (FHU), 1 Département Essais Cliniques (DEC) de l’AGEPS, 17 modules de Centres d’Investigation Clinique (CIC), 4 Centres de recherche clinique (CRC), 12 Centres de ressources biologiques (CRB).

De l’expertise des chercheurs et ingénieurs d’Inria, Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique. La recherche de rang mondial, l’innovation technologique et le risque entrepreneurial constituent son ADN. Inria regroupe plus de 3 500 chercheurs et ingénieurs, mobilisés au sein de 200 équipes-projets, pour la plupart communes avec les grandes universités de recherche et dispose de 9 centres de recherche répartis sur tout le territoire français.

Autour de l’exploitation des données de l’AP-HP, dont l’entrepôt de données de santé (EDS_APHP) constitue la clé de voûte et l’une des plus grandes bases de données de santé au monde, avec les données variées collectées dans le cadre hospitalier de l’AP-HP, provenant de plus de 11 millions de patients et actualisées quotidiennement. L’EDS, en plus de l’intérêt statistique de ses données, propose également une gouvernance et un cadre d’accès aux données validés par la CNIL (autorisation n°1980120 obtenue en 2017).

Les travaux du laboratoire ont également vocation à mettre au point de nouveaux outils, tels que des algorithmes, librairies open-source, logiciels, etc. susceptibles de faciliter au quotidien la pratique clinique ou la recherche médicale au bénéfice de l’ensemble des patients.

Notre organisation

Placé sous la conduite scientifique de Dominique Chapelle, directeur de recherche Inria, le laboratoire Daniel Bernoulli est une structure adossée à l’AP-HP et à Inria, et qui s’organise autour

    • D’une équipe socle, chargée de coordonner l’action du laboratoire ;
    • D’une communauté de membres, qui réunit l’ensemble des acteurs directement impliqués dans des projets de collaboration AP-HP – Inria ;
    • D’un réseau, qui compte l’ensemble des acteurs AP-HP et Inria susceptibles d’être intéressés ou impliqués à l’avenir dans une collaboration, et plus largement toute personne qui se déclarerait intéressée par le laboratoire et souhaiterait être tenue informée de son actualité.

© Inria / Photo H. Raguet

Notre équipe de direction

Dominique Chapelle

Responsable scientifique

WEB

         © Photo P. Bachelet

Pascaline Villié

Responsable des opérations

A propos de Daniel Bernoulli

Daniel Bernoulli ((1700-1782) est un médecin, physicien et mathématicien suisse.

Il est particulièrement renommé pour le théorème fondamental de la mécanique des fluides qui porte son nom : « le théorème de Bernoulli », exposé dans œuvre de référence « Hydrodynamica » (1738).

Il fut aussi un pionnier de l'apport des mathématiques en médecine :  Son « Essai d’une nouvelle analyse de la mortalité causée par la petite vérole, & des avantages de l’inoculation pour la prévenir » (1), publié en 1766, constitue vraisemblablement le premier modèle mathématique en épidémiologie.

Le problème qu’il cherchait à résoudre était celui de l’inoculation de la variole comme mesure de protection de la population. La variole fut en effet un problème majeur de santé publique en Europe dès sa recrudescence au début du XVIe siècle. Au temps de Bernoulli, on lui attribuait environ un treizième de toutes les morts.

Daniel Bernoulli était idéalement formé pour étudier ce problème. A l’Université de Bâle, il enseigna successivement l’anatomie, la botanique et la physique. Contemporain et ami d’Euler, il fut aussi professeur de mathématiques à Saint-Pétersbourg. Il reçut dix fois le prix annuel de l’Académie des Sciences de Paris. Pour la variole, son apport immensément original fut de proposer un modèle mathématique permettant d’évaluer l’efficacité de l’inoculation. Il démontre que dans une cohorte systématiquement inoculée, l’espérance de vie serait de 29 ans et 7 mois, à comparer avec une valeur d’époque de 26 ans et 7 mois, soit un gain moyen de 3 ans !

(1) Bernoulli, Daniel « Essai d’une nouvelle analyse de la mortalité causée par la petite vérole et des avantages de l’inoculation pour la prévenir » Mémoires de mathématiques et de physique, Académie royale des sciences, 1760, p.1- 45 Disponible sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3558n/f220.image.r=daniel%20bernoulli